Personnel

Se dépasser pour avancer

Lorsque j’étais plus jeune (mais vraiment plus jeune ^^), les manèges à sensations n’allaient jamais assez vite ni jamais assez haut pour moi.
Je n’en craignais aucun : tête en haut, en bas, looping, tourner dans tous les sens…bref, j’étais vraiment avide de sensations fortes.
Pareil, quand j’ai eu mon permis de conduire, j’avais tendance à rouler vite, à la limite de l’inconscience parfois.

Et puis je suis devenue maman 🙂 (j’ai eu ma première fille à 22 ans)
Comme une prise de conscience de mes responsabilités, je suis devenue bien plus sage en voiture, petit à petit j’ai moins aimé les activités à sensations pour finalement être carrément terrorisée à l’idée de monter dans un manège !

Quand j’ai commencé ma reconversion pour être naturopathe, j’ai beaucoup travaillé sur moi, sur mes fonctionnements profonds. Je voulais comprendre pourquoi je réagissais comme ça face à certaines situations et surtout je voulais apaiser mes peurs et défaire mes blocages.

Les deux choses qui m’ont vraiment bloquée sont la peur du vide et être dans un petit espace (acrophobie et claustrophobie en somme).
J’ai beaucoup travaillé sur ma claustro et j’arrive à faire beaucoup de choses maintenant sans faire de crise (c’était pas joli joli à voir quand ça arrivait). A l’heure actuelle, la seule chose qui me paraît toujours insurmontable c’est la spéléologie …je ne suis pas du tout capable de rentrer dans un tunnel, sombre en plus, et ramper dedans…rien que de l’écrire, j’ai les mains moites !!

La peur du vide. Même monter sur un tabouret restait une épreuve pour moi. Pendant les randonnées en montagne, j’ai connu des grands moments de terreur, où je pouvais vraiment rester collée à la façade de la montagne sans pouvoir faire le moindre mouvement.
J’avais beaucoup plus de mal à trouver des solutions pour gérer mon acrophobie que ma claustro.
Chaque fois que j’essayais de me surpasser un peu, c’était souvent voué à l’échec.
Et puis, un événement majeur, une prise de décision a changé considérablement ma peur du vide.
En 2019, j’ai décidé de me lancer à 100 % en naturopathie. J’ai arrêté mon travail à coté qui m’assurait des revenus fixes, dans lequel j’étais reconnue. Un vrai saut dans le vide pour moi.
Et bien, suite à ça, j’ai eu moins peur du vide dans plein de situations 🙂
C’était pas encore parfait mais j’ai ressenti un vrai mieux.

J’ai donc décidé de me challenger et avec des amis, on s’est inscrit pour faire le trail des passerelles à Monteynard en juillet 2020, que j’ai dû renoncer à faire pour cause de blessure.

Hier, j’ai lutté contre ma peur, cette vieille amie qui m’accompagne depuis si longtemps. Cette peur du vide.
Je suis allée défier les passerelles.
Une traversée en navette, 13 kms de rando, 460 m de D+, de la boue sur 5 kms, deux passerelles : une de 220 m de long, la première et une de 180 m.

Pourquoi m’infliger ça ? Je me suis dit que si je passais ces passerelles, je pourrais absolument tout faire et réussir pour la suite.
Et je l’ai fait. La peur au ventre mais aussi l’envie d’y arriver, j’ai traversé la première passerelle en regardant droit devant. Aucun regard vers le bas, juste devant.


Après 5 kms de rando dans la boue, la deuxième passerelle s’est présentée. Même si elle fait 40 m de moins, elle m’a tétanisé de par son approche très différente (dans le vide, tout de suite).
Par d’autres choix que de traverser. Une réelle épreuve. J’ai lutté de toutes mes forces pour ne pas laisser la panique prendre le dessus. J’avais des picotements de partout, je parlais toute seule (une folle ^^) en me tapotant le thymus pour m’empêcher d’écouter la peur.
J’ai ressenti une telle fierté quand je suis arrivée de l’autre coté ! J’ai tellement lutté et j’y suis arrivée 😀

Pourquoi tout ce bla bla ? J’avais envie de partager cette victoire. C’est un article très personnel. J’avais envie de le faire parce que le propos est surtout que si on veut, on peut.
On est pas obligé de se mettre une pression d’enfer et d’aller vite. Chaque pas est une victoire.

J’ai voulu dépasser ma peur (alors, entendons nous bien, je ne referai jamais ces passerelles !!! je n’ai pas vaincu ma peur du vide mais je l’ai dépassée) parce que je vais faire un nouveau « saut dans le vide » professionnel (sortir de ma zone de confort est devenu mon passe temps favori 🙂 🙂 ) et c’était ma façon de me dire « si tu peux faire ça, tu peux tout faire ».

Je vous remercie de m’avoir lue jusqu’au bout.
Le prochain article sera plus naturopathique ^^.
A bientôt 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :