Différences entre prébiotiques et probiotiques

Même si ils sont tous les deux garants de notre bien être intestinal, leur nature et leur fonction sont bien différentes.
Petit tour d’horizon pour comprendre ce que nous apporte les deux.

On ne peut pas parler pré ou probiotiques sans évoquer le microbiote intestinal.
Le microbiote intestinal est un ensemble de micro organismes (bactéries, virus, parasites, champignons) non pathogènes vivant en parfaite intelligence et faisant partie intégrante du système de défense de notre organisme.
Il est principalement localisé dans notre intestin grêle et dans le colon.
Il est constitué de colonies en équilibre : c’est un véritable écosystème.

Le microbiote a une fonction digestive (fermentation des substrats et des résidus alimentaires non digestibles, synthèse d’enzymes digestives dont l’organisme n’est pas pourvu et de vitamines), une fonction immunitaire (il inhibe la prolifération et l’adhésion des bactéries pathogènes…) et enfin il maintient l’intégrité de la barrière intestinale et de son étanchéité.

Pour optimiser la richesse et la diversité du microbiote, il faut adopter une bonne hygiène de vie. Dans ce cadre, une alimentation de qualité est un levier puissant.
Intégrer des aliments contenant des fibres végétales prébiotiques dans l’alimentation est indispensable si on désire maintenir une flore en bonne santé ou la rééquilibrer.

Les prébiotiques sont des glucides complexes qui vont alimenter les bactéries de la flore en leur permettant :
– de produire des vitamines et de bonnes graisses (acides gras à chaîne courte),
– de maintenir le système immunitaire en bon état et l’inflammation au plus bas,
– de s’opposer à la prise de poids et aux troubles métaboliques.

Les aliments sources de prébiotiques sont essentiellement des végétaux qui sont non seulement riches en fibres mais également en vitamines et en minéraux.
Quelques aliments riches en prébiotiques : chicorée, endive, pissenlit, ail, oignon, poireau, topinambour, asperge, banane, pomme, pamplemousse, algues, microalgues, konjac, racine de bardane, graine de lin, son de blé et d’avoine, amande, champignons, fruits rouges et raisin…
ils sont à consommer quotidiennement, en respectant les saisons bien sûr 😉.

Concernant les probiotiques, selon la définition de l’OMS : « les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ».
Ils aident à la digestion et à l’élimination.
En cas de déséquilibre de la flore intestinale (microbiote), suite à une prise d’antibiotiques par exemple, la prise de probiotique est alors conseillée.
Avant de vouloir prendre des compléments (bien faire attention à ce que vous achetez surtout !), vous pouvez grâce à votre alimentation réensemencer votre flore :
Les laits fermentés, le yaourt, la choucroute, la levure de bière, la sève de bouleau, les légumes fermentés, les carottes, betteraves, radis et poivrons (à consommer crus), le pain au levain naturel, le kéfir, les produits japonais (tamari, shoyu, miso, tempeh) …

Vous l’aurez compris, afin de prendre bien soin de votre microbiote, consommez régulièrement des aliments pré et probiotiques.
Les associations des prébiotiques et probiotiques sont appelées « symbiotiques » :
les probiotiques apportent des micro-organismes bénéfiques et les prébiotiques leur assurent une croissance optimale.

Sources :
Photo : Shutterstock 
futura-sciences.com
passeportsanté.net
Le nouveau guide des probiotiques
bio-info-santé.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s